République espagnole - Guerre (1936-1939) - Exil - Mémoire

ESPAGNE AU CŒUR bandera

Dessin de Pablo Picasso

Index du site (par mots-clés)

Pour une visite rapide du site, cliquer ici

COURRIER mine d'infos !

La 2e République - La Guerre - Chronologie de la guerre - Guernica - Carte 

ADRESSES pour vos recherches  

Brigades Internationales  - Les anarchistes - La Pasionaria - UnamunoGarcia Lorca

Capa et Centelles (photos)

 Les exilés - La dictature franquiste  -  Livres, films, CD, peintures, etc. - Vidéos en ligne

Liens internet

   Résistance : les guérilleros espagnols en France

 Sélection de films

Plaques du souvenir (échantillon)

Témoignages au cœur

«14 de abril de 1931, tenía yo ocho años» / Prudencia Taravillo Hurtado

Setze anys el 36 (en catalan)A 18 ans sur le front de Lérida / Enric Farreny i Carbona

Rafael Gandia : j'avais 18 ans, au 5° Regimiento nous défendions Madrid 

Vincenzo Tonelli : « En 1936, j'étais dans la Brigade Garibaldi »

En las trincheras de Madrid (1938) par Angel Lemos de los Reyes

Les chemins de l'exil par Paco Ibañez Les trois frères Dominguez Florez (par Rafael Andia)

Pour la Liberté : l'arrivée en France de Ticiano Arto Arto, mineur des Asturies

Sinforiano Rodriguez, républicain espagnol déporté à Bou Arfa
Parcours d'un guérillero (Val d'Aran 1944  Commandant Robert

Marcelina et Zenon, mes parents ( Hector Prieto)
Bienvenida : parcours d'une petite espagnole née en France

Ille-sur-Têt 80 ans de la république espagnole
Résistance et déportation
Le convoi des 927 (20 août 1940)
927 républicains espagnols, 1er train
de déportés civils vers les camps nazis.
Les Espagnols en première ligne
un article du général Roquejeoffre
Espagnols dans la Résistance française
Guérilleros Espagnols en France
Qui étaient les guérilleros espagnols ?
Le monument de Prayols
Los últimos guerrilleros
Prayols 2008 : l'hommage aux guérilleros
14 juillet 1939 au camp de Gurs
Juan Costumero, 18 ans, guérillero
L'opération Reconquista (Val d'Aran 1944)

7 septembre 1950 :
la rafle Boléro-Paprika
Le camp de Noé (Hte Garonne)
Les Espagnols de la Poudrerie de Ste-Livrade
Ortiz
Francisco ORTIZ

rescapé de Mauthausen

Conrado Miret Muste - fev 1942
Conrado Miret-Musté
résistant de la première heure
mort à Paris en 1942


Commémorations
 
Libération de Paris- cérémonies 2012
Libération de Paris - 24-25 août 2014
Luis Royo, républicain espagnol
de la 2e DB qui libéra Paris

Les 80 ans de la 2e République Espagnole
Inoubliable hommage en 2011

Plaques du souvenir
Colloque à Toulouse (2004)
Ce fut la 2e non-intervention

Toulouse a le cœur espagnol (2006)
Agen 2006

2009 : Castelnau-sur-l'Auvignon (Gers)

Souvenir du camp de Septfonds
Gare de Borredon
Photos

Poster 2010
Poster 2013
DOCUMENTS
Les guérilleros espagnols
en Aveyron, Lot et Dordogne

La libération de Foix

Memoria Historica
Annuler les sentences franquistes
114 000 disparus dans les fosses de Franco
El archivo secreto de Negrín
2008 : le PSOE réhabilite Juan Negrín

Histoire des Républicains espagnols :
parler juste

Manuel AzanaManuel Azaña
dernier président
de la République espagnole
mort en exil à Montauban

Poster 2011 - Diaporama -  Hommage 2009


25 avril 2015
Deux conférences à Toulouse

Le massacre de la route Malaga-Almeria
Guerre d'Espagne : pas si civile qu'on le dit !

Conférence à Toulouse
PARUTIONS

Cuadernos / Cahiers Espagne au Coeur
Trois nouveaux "Cuadernos"


L’Affaire Reconquista de España
Résistance espagnole dans le Sud-Ouest

Camps de concentration
tel était leur nom !
Les camps de prisonniers où furent parqués, sans jugement, durement et longtemps, la plupart des réfugiés républicains espagnols et d’autres « indésirables » français et étrangers, étaient dénommés « camps de concentration » par Albert Sarraut, ministre de 
l’Intérieur de la 3e République qui les fit ouvrir en 1939.
Des camps de concentration en France ? Oui, dès la Grande Guerre !
Ouvrir ou rouvrir... car la 3e République avait déjà créé des « camps de concentration » pendant la guerre de 14- 18, pour y enfermer des populations « à surveiller » ; en 1995, Jean- Claude Farcy a publié une étude solide sur le sujet : voir image ci-dessous ; 1914 - 1939 : à 25 ans d’écart, même arbitraire, même inhumanité, contre des étrangers considérés globalement et a priori comme suspects...
Dans "La France des camps – L’internement 1938-1946", paru en 2002, Denis Peschanski déclare (p. 74) : « Grâce à Jean- Claude Farcy, on connaît désormais avec précision l’histoire des camps d’internement en France pendant la Première Guerre Mondiale. » ; mais, contre toute attente, l'auteur ne présente pas d’argument en faveur de cette inopinée substitution: camps d’internement au lieu de camps de concentration.



Webmaster : Charles Farreny- Site créé le 6 février 1999

Suggestions, informations, commentaires, témoignages bienvenus
Statistiques : 2000 à 3000 pages consultées chaque jour. 

VOIR ICI Site Meter

Index du site par mots-clés

Le mot du webmestre

M'écrire